Les troubles mentaux continuent d'augmenter fortement



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Les troubles mentaux continuent d'augmenter fortement. De plus en plus de personnes doivent prendre un congé de maladie en raison d'épisodes dépressifs.

De plus en plus de gens doivent tomber malades de leur médecin à cause d'une maladie mentale telle que la dépression. Cela a été souligné par la Techniker Krankenkasse (TK), qui a procédé à une évaluation du nombre d'assurés l'année précédente. La caisse d'assurance maladie a évalué les données d'environ 3,5 millions d'assureurs maladie. Le TK a évalué non seulement les données des salariés, mais aussi celles de Hartz IV et des bénéficiaires de prestations de chômage.

Dans l'ensemble, la compagnie d'assurance maladie a constaté une baisse des arrêts maladie, a déclaré la porte-parole Gudrun Ahlers. «Nous avons environ 2,4% de congés de maladie en moins en 2010 qu'en 2009». Une diminution significative du nombre de maladies pourrait être observée dans le domaine des maladies respiratoires telles que la toux ou les infections grippales. Cependant, la maladie a stagné par rapport à l'année précédente à 3,36% (2009: 3,32%).

14% plus de congés de maladie en raison de troubles mentaux
La raison en a été rapidement identifiée par Ahlers, qui est responsable de la rédaction des rapports de santé. La proportion de maladies mentales dans les déclarations de maladie a continué d'augmenter fortement par rapport à 2009. De plus en plus de patients reçoivent un traitement médical parce qu'ils souffrent de maladies telles que la dépression ou le syndrome de fatigue «burn out». «En un an, l'absentéisme pour cause de diagnostics mentaux a augmenté de près de 14%», rapporte l'expert. D'un point de vue purement statistique, chaque employé en Allemagne n'a pas pu travailler pendant au moins deux jours l'année dernière en raison d'un trouble mental.

La compagnie d'assurance maladie a fait des différences en matière de congé de maladie dans les différents États fédéraux. Le moins de tous étaient les personnes en congé de maladie dans le Bade-Wurtemberg. Ici, les employés ont été malades en moyenne pendant près de 10 jours (9,9). Le plus souvent, les personnes des nouveaux États fédéraux ont été déclarées malades, dans le Mecklembourg-Poméranie occidentale, l'assuré a pris environ 15,5 jours de congé de maladie.

Stress et pression de performance sur le lieu de travail
Les raisons de l'augmentation de la souffrance mentale sont évidentes. Selon une évaluation de l'Association fédérale des psychothérapeutes, l'augmentation du nombre de maladies peut être constatée en raison de la pression croissante pour performer, de la peur du chômage et du stress au travail. Les maladies mentales ont presque doublé depuis les années 1990. Ceux qui ne sont plus à la hauteur des demandes croissantes des employeurs réagissent de plus en plus avec des épisodes dépressifs et des symptômes de stress. Les raisons supplémentaires incluent une rémunération insuffisante et un manque croissant de temps sur le lieu de travail. Les conséquences: insatisfaction, perte d'estime de soi et frustration. Les chômeurs, par contre, réagissent souvent par la dépression parce qu'ils ne se sentent plus nécessaires et ressentent une pression sociale croissante de l'extérieur. (sb)

En savoir plus sur les troubles mentaux et les congés de maladie:
Burn out frappe généralement le commis
Augmentation de la maladie mentale chez les adolescents
Absentéisme: augmentation de la maladie mentale
La dépression aggrave la douleur physique?
Une personne sur trois souffre de troubles mentaux

Image: Gerd Altmann / pixelio.de

Informations sur l'auteur et la source



Vidéo: Troubles mentaux. DSM: le manuel psychiatrique qui rend fou! - Intelligence Economique


Article Précédent

Grand risque de confusion lors de la collecte d'ail sauvage

Article Suivant

Diminution de la mortalité infantile